Dr Terrible’s House of Horrible (BBC) – Gentilles parodies

dr terrible lesbian vampire lovers of lust
Lesbian Vampire Lovers of Lust – Steve Coogan et Ronni Ancona

Dr Terrible’s House of Horrible est un objet à part dans la carrière de Steve Coogan, auteur et acteur principal il livre ici un hommage aux films de la Hammer. Ne vous attendez pas à un pastiche féroce, le but est ici de livrer 6 parodies aussi fidèles que débiles. Une parenthèse intéressante et peu connue car annulée après une seule saison et des audiences insuffisantes. Chaque histoire est une excellente restitution de ces films au charme kitsch soutenue par un excellent casting. Je me suis souvent demandée à quoi j’avais affaire, à quel degré le prendre. Les auteurs se font plaisir sans vouloir en faire une ‘machine’ à rire. Si ce n’est pas la meilleure création de Steve c’est toujours aussi intéressant à regarder notamment pour ses prestations. J’ai choisi de vous présenter les épisodes autant par ordre de préférence (coup de coeur pour Lesbian Vampire !) que pour Steve. Son immonde Dr Terrible et ses anecdotes dégueulasses n’apparaissent qu’en intro et outro le reste offre une galerie variée de personnages. Pour ça j’ai sélectionné comme favoris Scream, Satan, Scream, Frenzy of Tongs et Lesbian Vampire autant pour leurs décors que les personnages joués par Steve. Pour ses comédies il aime souvent à se cacher derrière des postiches peu avantageux. Pour la 1ère, et seule fois, le voilà enfin sous un jour flatteur, en particulier sous les traits d’Hans Broken, prouvant qu’il peut varier son jeu comique sans perdre en efficacité.

                                                  Dr terrible gif 1 1 Dr terrible gif 1 2

 

And Now the Fearing :

Coincés dans un ascenseur à un étage qui n’existe pas le richissime Denham Denham (Steve), l’architecte Michael Masters (Alexander Armstrong) et la critique d’art Stephanie Wise (Julia Davis) se racontent d’étranges histoires. Dans cet épisode à la délicieuse touche 70’s les objets ont une revanche à prendre sur leur propriétaire, de la table basse maléfique à l’appartement ultra-moderne envoûté par l’ombre d’une diseuse de bonne aventure. Avec le toujours impeccable Alexander Armstrong (parfaitement définit par Steve comme ayant ce « seventies swag ») et Julia Davis en féministe obsédée par les formes phalliques.

 

Voodoo Feet of Death :

Lester Crown (Steve) est un grand danseur de salon. Alors qu’il soupçonne sa femme (Sarah Alexander) d’adultère, il l’espionne et fait une chute fatale pour ses pieds. Remis… sur pied (!!!) grâce à une greffe, il découvre avec horreur que ses nouveaux attributs sont mués par un instinct meurtrier. Un personnage jaloux et aigri plongé dans une histoire à la con, pas le meilleur épisode mais tout de même plaisant.

 

Curse of the Blood of the Lizard of Doom:

Le docteur Donald Baxter (Steve) a dédié sa vie à trouver le remède contre les brûlures. Sur le point de présenter son vaccin et la guérison impressionnante de son patient Angus (Simon Pegg) à l’académie il doit faire face à de gênants effets secondaires. Basé sur un sérum de lézard, l’injection transforme peu à peu les victimes en reptiles. Donald décide de s’injecter lui-même le médicament quand surgit une mystérieuse et brillante scientifique (Louise Paige). Avec un monstre digne des meilleurs nanars.

 

Scream, Satan, Scream :

Le capitaine Tobias Slater (Steve) est un chasseur de sorcière secondé par son fidèle serviteur (Warwick Davis). Ses recherches se concentrent surtout sur les écoles pour jeunes filles vierges et les bordels. Tobias est contraint par des villageois suspicieux d’enquêter et de « tester » les jeunes femmes du village tout en combattant la malédiction jetée par une sorcière sur son bûcher. On suit avec plaisir les aventures de ce grand con trop sûr de lui et l’interprétation géniale de Steve. L’épisode est un hommage aux sous-entendus délicats. Il est à mon sens celui qui sait le mieux combiner références et comédie avec une exploitation maligne de ce personnage obsédé sans sombrer dans la lourdeur. Plus qu’un pastiche c’est une véritable farce.

 

Frenzy of Tongs :

Nathan Blaze (Steve) est un aventurier et inventeur intelligent et courageux. Suite à l’enlèvement de la fille de son ami par le gang du homard, Nathan découvre que son ennemi Hang Man Chang (Mark Gatiss) est toujours en vie et compte empoisonner la population londonienne. Nathan devra affronter ses sbires et éviter les bassins grouillant de crustacés carnivores. Episode hommage à Doctor Who il remplit parfaitement ses objectifs avec une esthétique bien foutue, des répliques bien trouvées et une confrontation très drôle entre Mark Gatiss et Steve. Avec tous les clichés dévolus aux ennemis et au flamboyant héros à l’élégance que rien n’atteint.

 

Lesbian Vampire Lovers of Lust :

Le soldat Hans Broken (Steve) vient d’épouser sa douce Carmina (Sally Bretton). En route pour leur voyage de noce dans un château perdu dans les bois ils sont accueillis par l’intriguant Rebenor (Ben Miller) et sa maîtresse la Comtesse Kroonsteen (Ronni Ancona). Soldat courageux mais à l’intelligence un peu lente il ne pense qu’à consommer son mariage pour ne pas s’apercevoir du danger qu’ils encourent. Heureusement pour lui la disparition de deux jumelles qui se baignaient nues près du château l’amène à rencontrer la chasseuse de vampires Transeet Van Eyre (Honor Blackman). Ah Hans…. Excellent épisode qui respecte à la lettre les canons du film de vampire avec sa dose de sensualité et d’absurdité. Très bien interprété il offre de bons moments entre les confrontations avec le fringant Hans et l’efféminé Rebenor ou les tentatives de séduction de l’inquiétante comtesse. Incarnant un protagoniste aux allures de jeune premier légèrement abruti Steve s’amuse avec sa perruque et délivre un jeu tout en innocence parfaitement maîtrisé, après quoi on ne peut que regretter l’absence, dans sa carrière, de programme centré sur un tel personnage. Si la collection ne vous intéresse pas, regardez au moins celui-là. Le plus abouti sur la forme avec une superbe Ronni Ancona.

 

Dr Terrible's House of Horrible - Scream Satan Scream - Steve Coogan
Scream, Satan, Scream

Créé et écrit par Steve Coogan, Graham Duff et Henri Normal. Réalisé par Matt Lipsey. 2001. 6 épisodes. 30 minutes.

 

Retrouvez sur mon blog un portrait/hommage à Steve Coogan – L’observateur obsessionnel https://dismoimedia.com/2016/10/20/portrait-de-steve-coogan-lobservateur-obsessionnel/


2 réflexions sur “Dr Terrible’s House of Horrible (BBC) – Gentilles parodies

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s