Bottom (BBC) – La cultissime série par les déjà légendaires Mayall et Edmondson

Bottom : Rik Mayall et Adrian Edmondson
Rik Mayall et Adrian Edmondson

Bottom c’est l’oeuvre de Rik Mayall et Ade Edmondson, deux figures pionnières de la comédie alternative, au sommet de leur art. Edward ‘Eddie’ Elizabeth Hitler et Richard ‘Richie’ Richard survivent tant bien que mal dans un appartement délabré d’Hammersmith. Inséparables, ils se tolèrent autant qu’ils se détestent et se montrent en revanche solidaires dans les mauvais coups. Bottom est sur le papier une succession de bourre-pifs, de sous-entendus graveleux et d’insultes. Bottom est pourtant une des sitcoms les plus drôles, abouties et répliques cultes à foison, où l’humour est servi par un duo dont la complicité et le génie crève l’écran.

Les deux créateurs, auteurs et acteurs Rik Mayall et Adrian Edmondson se rencontrent et 1975 à l’université et ébauchent dès leur début un univers et une esthétique qui n’a eu de cesse de s’affiner et de s’améliorer jusqu’à aboutir à Bottom. Eddie et Richie sont leurs jumeaux démoniaques. Plus vraiment The Young Ones, une pointe de Dangerous Brothers une vague continuité avec Filthy, Rich & Catflap, Bottom c’est l’aboutissement après 15 ans passés à tester et parfaire leur gestuelle, leur humour et leur personnage. Des années à revisiter le burlesque pour y insuffler leur anarchisme. C’est à la fois l’apothéose, selon eux leur meilleure création et la fin de leur collaboration qui se termine avec la dernière version live en 2003.

Meilleurs amis aux inspirations similaires, Rik et Ade partagent un naturel comique exceptionnel. Bottom est comme une extension d’eux-mêmes, une version maléfique d’eux-mêmes. Un humour qui tomberait à l’eau dans les mains d’un autre duo et atteint ici une perfection comique par leur seule présence. L’univers de Bottom est un mélange de bon vieux burlesque, des souvenirs d’une jeunesse punk, d’anarchisme concoctés par deux personnages comme sortis d’un cartoon. Bottom met en scène deux hommes misérables. Ils donnent et reçoivent des beignes sans sang ni blessure. Loin de l’imaginaire fantasmé de deux coloc qui se déchirent la gueule dans des soirées démentielles, difficile d’envier leur vie faite de banalité et de frustration. Ils n’ont pas de rêves fous, d’ambition particulière si ce n’est de boire et coucher. Eddie et Richie sont immatures et sans grand sens des responsabilités chaque épisode les plonge dans une énième combine à la con. Pas forcément sympathique on se réjouit autant de les voir s’en prendre plein la tête que de ‘triompher’.

Bottom est le support à des gags délirants et dialogue fabuleux. Ce qui marque le plus c’est évidemment l’art et l’énergie phénoménale déployée par Ade et Rik. Le timing est la perfection même. Les combats sont si bien chorégraphiés qu’ils laissent libre cours à deux physiques opposés et complémentaires. Deux immenses comédiens s’offrent un terrain de jeu sur mesure. J’ai rarement vu aussi jouissif. Recevoir et donner des beignes est un exercice qui demande une rythmique précise. C’est bête à dire mais je ne pensais pas être bouche-bée devant des combats entre deux idiots. Adrian Edmondson promène son éternel double, idiot violent, obsédé sexuel et alcoolique. Le regard vide Ade affiche la jubilation des simples d’esprit et le corps raide. Rik confirme qu’il n’est pas comme nous. Le comédien déploie une énergie surhumaine. Il déclenche l’hilarité par une simple grimace avec son visage élastique et sa souplesse folle.

Eddie : What’s this ?

Richie : Elm tea. The Gypsies swear by it.

Eddie : I bet they do ! I bet they say « What the bloody hell is this ? »

tumblr_lgurkau0gP1qaaef3

La scène manque à nos deux complices. 5 adaptations scéniques de Bottom sont réalisées entre 1993 et 2003. Les Bottom Live sont du pur fan service. Les meilleurs ingrédients en version rallongées alternent avec ces faux moments de lâcher prise et de vrais ratages. Ces versions sont surtout réputées pour leurs bétisiers. Un plaisir pour les admirateurs. Eddie et Richie se foutent toujours sur la gueule, Rik et Ade aussi. Des références à leurs carrières, des piques souvent écrites. Et de vrais ratés entre Rik qui bafoue, oublie ses lignes et des gags qui échouent dès le début.  En 1998 Rik est victime d’un grave accident, après 5 jours dans le coma et alors que les médecins le donnaient pour mort Rik parvient à récupérer complétement et remonte sur scène. Certes son jeu est un chouïa moins physique et sa voix a très légèrement changé mais sa folie est intacte.

Si vous avez la flemme de les mater toutes, voici une petite sélection des meilleurs moments sur scène : Bottom Live 1 (1993) Eddie s’excite sur un magazine (18’55) et le classique combat (33′). Bottom Live 2 Number 2 Tour (1995) Un des meilleurs combats série et pièces confondues avec l’indécente débauche d’énergie de Rik (1’07’20), Rik s’amuse des petits malins dans le public (« Have a wank ! ») qui se termine par la pique formidable d’Ade (57′), Rik donne un vrai coup dans les parties d’Ade avec en prime une mauvaise coordination des bruitages (1’30’40) Bottom Live 3 Hooligan’s island (1997) : Pour Rik il suffit d’un mot un seul « Bamboo » (54’40), Ade ferme mal une porte et le gag foire, Rik se laisse emporter par le rire (35’20). Bottom Live 4 (2001) : An Arse Oddity : Pas le meilleur, la 2ème partie offre quelques digressions de Rik et Ade sur leurs anciens partenaires et l’accident de Rik. Bottom live 5 Weapons Grade Y-Fronts Tour : Rendons gloire à Ade (15’10) et Eddie le Eminem blanc (54’44).

Bottom Live 4 – An Arse Oddity :

Richie : «  Do you know I went to Yoga? I did! If I’d got up to level twenty I might have been able to fuck myself. As look would have it, I got to level thirteen, accidently sneezed and blew myself inside out. What I thought was a rather funky goatee beard turned out to be my pubic hair. I couldn’t see it anyway though because I had two bollocks hanging in front of my eyes. I was in surgery three days, three whole days before the surgeons stopped giggling. « 

Guest house paradiso

La Bastard community est un ensemble joyeux et soudé. On partage et on s’aime à coup de « Bastard ! » « You Bastard ! » « French Bastard ! » (c’est moi :D) et il y a Guest House Paradiso, le film. Du pur Bottom, fait pour les enfants éduqués dans la passion du Rik.  Défoncé par la critique il divise également les fan, dommage pour un si joli casting comprenant Bill Nighy, Vincent Cassel, Simon Pegg et James d’Arcy. Réalisé par Adrian et sorti en 1999, Guest House Paradiso délocalise nos héros dans un hôtel miteux. Richard Twat (à prononcer Twaït) et Edward Elizabeth Ndingombaba endossent les rôles de gérants incompétents et dangereux. Une intrigue sans intérêt et un enchaînement de gags. Nos deux idiots se sont faits plaisir, l’énergie frénétique de la série laisse place à des gags plus longs et gores. Je m’attendais à une catastrophe, le film est plaisant pour la fan que je suis. A voir si la série vous a plu.

Eddie & Richie

Ecrite par des sales gosses pour des sales gosses. On se sent bien après un épisode de Bottom, après tant de  rire et de générosité. Ade et Rik dégagent un je ne sais quoi de magique qui vous scotche à chaque scène. Combien de fois ai-je rejoué une scène, découpé les mouvements et les mimiques ? Pour vous convaincre je vous conseille les épisodes suivants. Digger (S02-E01) Eddie et Richie se tournent vers une agence matrimoniale (2ème vidéo), Richie s’invente une identité d’aristocrate fortuné. ‘S Out (S02 E06) : Eddie et Richie campent dans un parc. La sortie est un naufrage et le combat une merveille (1ère vidéo). Finger (S03 E05) Eddie et Richie se font passer pour des jeunes mariés afin de profiter d’une suite dans un hôtel luxueux. Eddie se grime en femme, vulgaire et les seins à l’envers il vit une confusion des genres sous les assauts d’un barman entreprenant.

Créée en 1991 et écrite par Rik Mayall et Adrian Edmondson. 3 saison de 6 épisodes, 5 pièces et 1 film.

Mayall Edmondson

 

Retrouvez sur le blog l’hommage et le portrait de Rik Mayall, artiste généreux et génie comique.


22 réflexions sur “Bottom (BBC) – La cultissime série par les déjà légendaires Mayall et Edmondson

  1. Hhheeeeyyyyyy j’ai regardé hier soir le premier épisode et j’ai TROOOP accroché !! Je crois que je vais dévorer la série en un temps record avec Father Ted ! Et j’ai ENFIN regardé Drop Dead Fred !!! 😀

    J'aime

    1. Génial !!!! Et encore c’est pas le meilleur, tu vas pleurer de rire devant « Digger » « Hole » « Out » « Terror » et « Finger ». T’as envie que ça ne se finisse jamais alors tu termines le visionnage le plus lentement possible :). Alors t’en as pensé quoi ? Curieusement très mature pour un Disney, joli thème et surtout Rik quelle énergie, une bonne surprise. En tout cas te voilà intronisée Bastard, bienvenue ! 😀

      J'aime

  2. Héhéhé j’ai hâte de découvrir ça !! (surtout que, encore une fois j’apprécie les séries courtes).
    Franchement une bonne surprise, je m’attendais à un truc très naze pour être honnête ! Certes, ça a vieilli (surtout au niveau des effets spéciaux) mais c’est divertissant, parfait pour les gosses et pas débile finalement, accessible j’ai envie de dire pour les adultes. Et Rik, woooow, la bonne surprise, quelle découverte ! Je comprends beaucoup mieux tes hommages sur ton blog ! Et du coup ça m’a donnée envie de découvrir autre chose, dont Bottom, que j’ai pu me procurer assez rapidement ! Et puis belle occasion de découvrir enfin pour de bon monsieur Saunders !! 😀

    J'aime

    1. Heureusement après ça il te reste 1 film et 5 pièces, je te conseille les 2 1ères.
      Je te comprends, sur le papier ça donne pas envie en même temps il est difficile de dire combien c’est génial quand tout repose sur les capacités presque surnaturelles de nos auteurs et acteurs. Exactement car pas excluant, ils te font retomber en enfance.
      Tu peux pas savoir comme ça me fait plaisir ! Ça peut sembler absurde, surtout lorsque j’évoquais le pourquoi du coup de coeur mais y’a un avant et un après Rik. Cette insouciance folle et aussi réconfortante qu’un seul de ses regards peut t’apporter. Du coup tu vas te taper tous mes articles 😀 ? N’hésite pas à partager ta progression.
      Ahhh Adrian fabuleux timing, un peu éclipsé dans les mémoires par son meilleur pote même s’il a su imprimer sa marque. The Comic Strip Presents est idéal pour approfondir les différentes facettes du travail d’Edmondson.

      J'aime

      1. Le film + les pièces, je les trouverai sur le lien que tu m’avais hier par mail !? 😀
        Ca marche, je débarque au moins à chaque fin de saison ! 😀 (en sachant que je vais bientôt partir, donc je me bouge le cul pour la terminer ahaha !).
        Il faut dire que tu as su avoir des arguments de poids ! (et puis je sais qu’en général tes trouvailles sont bonnes, surtout si on est fan d’humour anglais !).
        Je précise que j’avais déjà lu tes articles mais c’est vrai que on ne connait vraiment pas, on ne retient pas forcément toutes les informations. Là j’en relis quelques uns, ça fait plus écho maintenant ! 😀
        Effectivement il se fait éclipser par Mayall c’est certain. Après, le premier truc qu’il m’est venu quand j’ai découvert Ade est « ce gars n’est pas un acteur ». Il joue bien attention. Il est très drôle. Mais tout le long, j’ai pensé à un punk !

        J'aime

      2. Hummm non, le film est dur à trouver, je te répondrai par mail. Les pièces tu les as en lien si tu cliques sur les titres dans l’article.
        Parfait !!! Rahh j’ai déjà envie de te demander t’as vu si, t’as vu ça 😀 ….. Gasman !!!!….. Pardon…. Je suis comme une gamine pathétique je n’ai pas envie que cette conversation se termine 😀
        Tu me laisses toute seule et tu vas rater le retour de Steve :O Tu pars combien de temps ?
        Rooo merci ❤
        Voilà, Rik comme la comédie brit c'est un truc qui se vit, c'est un truc qui te prends aux tripes, au fond ça fait rêver de pouvoir ressentir le bouleversement de cette époque de manière aussi forte par procuration et par la tv. J'avais déjà hâte de lire ton billet sur Drop Dead Fred, j'ai encore + envie de le lire à la lumière de ta découverte.
        C'est formidable, t'as tout à fait raison Ade était (est ?) un punk. Dans le portrait de Rik j'ai mis comme 1er document une interview pour Believe Nothing, le truc qui m'a le + frappé et m'a beaucoup touché c'est le passage où il évoque ses souvenirs de fac et la 1ère rencontre avec Ade. Il raconte que les étudiants avaient peur de lui, qu'il avait l'habitude de chasser, de battre et de baiser les 1eres années. Un jour il a dormi une nuit dans la cabine téléphonique en face d'un pensionnat de jeunes filles histoire d'en profiter un maximum 😀 Et monsieur est toujours un fan des Sex Pistols. Il est tout aussi talentueux et travailleur mais contrairement à Rik lui fonce sans se soucier des autres, il était toujours détendu avant d'aller sur scène quand Rik était mort de trouille. Ce dernier a toujours eu un immense respect pour son partenaire qu'il trouvait naturellement drôle et + doué que lui.

        J'aime

      3. J’ai reçu ton mail, je vais essayer d’y répondre demain ! 🙂
        AHAHAHA Gasman, c’était énooorme cet épisode !!
        Je pars 8 jours ! (à partir de mercredi 🙂 ). Mais visiblement, je risque de repartir voir une amie de ma frangine dès le lendemain de mon retour !
        Héhéhé à surveiller ! (je mettrai également tous les liens possibles sur ta rétro Rik du coup !).
        (juste une question : pour toutes les autres séries avec Ade et Rik, y a au moins des sous-titres anglais ? j’avoue que ça me rassure même si ça va, je comprends plutôt ce qu’ils disent mais j’ai toujours peur de passer à côté de certaines vannes).
        Du coup je suis allée relire très rapidement tes billets j’avoue je ne m’en rappelais pas) + un petit tour sur wiki ! J’ai l’oeiiiil ! (et ça se sent l’influence Sex Pistols !).

        J'aime

  3. Ok ^^
    XD Cet acharnement avec la poêle à frire, techniquement y’a rien de drôle et pourtant ça ne loupe jamais.
    D’accord donc on dit 2 semaines sans toi 😦 Bonnes vacances !
    😀 merci, évidement je mettrai aussi un lien dans le portrait !
    Globalement c’est très accessible, Bottom étant le + simple, d’ailleurs les dvds ont des sous-titres anglais comme ceux de Filthy Rich & Catflap et The Young Ones. ils sont absents pour The Dangerous Brothers et Kevin Turvey mais encore une fois tu as le niveau pour. En revanche The New Statesman a une écriture riche et malheureusement sans sous-titres, tu pigeras pas mal de choses évidemment mais tu risques de passer à côté de quelques subtilités qui je pense est du aux nombreuses références à la vie politique de l’époque. Pour cette dernière tu peux t’entraîner avec Believe Nothing dispo sur Youtube.
    ❤ t'es la lectrice idéale ! Et t'as déjà tout compris, en étant déjà fan de Jen t'as du avoir un 1er aperçu j'imagine.

    J'aime

    1. Héhé pratiquement 2 semaines !! 😀 Je pense que je vais lire de loin mes messages, commentaires et tout ça mais je ne pense pas avoir le temps d’y répondre (et puis me déconnecter, c’est pas plus mal).
      Ok je vais alors après Bottom et Father Ted (et si j’arrive aussi avec Blackadder, on verra), j’enchaine avec Believe Nothing ! Après effectivement je crois que, s’il me reste des sous sous de vacances (sinon ça serait après un éventuel salaire – héhéhé), je ferai directement des commandes dvd !
      Ouiii ça a l’air dément ! De toute façon ça ne pourra pas être pire que la version française !

      J'aime

      1. T’as raison, tu pourras profiter d’une vrai déconnexion, on ne va pas te reprocher de ne pas répondre immédiatement.
        Après c’est pas la meilleure, mais pour une intro en douceur c’est pas mal surtout si tu comptes voir Blackadder là aussi très complexe et si t’es décidée à voir ses oeuvres majeures. Les coffrets sont aujourd’hui aux environs de 15 euros. Ahah le fameux salaire à la dernière minute ^^. Par contre Kevin Turvey n’est pas dispo en DVD et tu trouves un coffret « best of » accessible du Comic Strip, lorsque j’avais fait mes recherches la complète était hors de prix.
        Un petit top :
        1- Bottom
        2- The Comic Strip Presents
        3 The Young Ones : LA série qui aura marqué durablement le public.
        4- The New Statesman
        5- Kevin Turvey (très étonnant pour toi qui a commencé avec Bottom !)
        6- Rik Mayall Presents
        7-Dangerous Brothers
        8-Filthy Rich & Catflap
        9- Believe Nothing (drôle mais moins « folle » que les autres)
        Mention spéciale pour Man Down, sa dernière série (par Greg Davies drôle même si maladroite) où il fait une courte apparition à chaque épisode. Rik le père vicelard XD https://www.youtube.com/watch?v=ZffKPhxKI5g

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s