Se souvenir

Charlie Hebdo - Catherine Meurisse, Jul, Tignous, Cabu, Honoré, Charb et Riss
Catherine Meurisse, Jul, Tignous, Cabu, Honoré, Charb et Riss

Se souvenir pour ne pas oublier à quel point nous sommes chanceux. Porter la liberté d’expression comme une des composantes inattaquables de notre République est une mesure aussi rare, qu’admirée et critiquée dans le monde. Un an après les attentats de janvier 2015, les documentaires se multiplient, l’occasion pour moi de revenir sur Charlie Hebdo. Placé dans la position absurde de symbole internationale, ce journal de potes doit sans cesse s’expliquer et essuyer la haine. C’est que la rhétorique visant à accuser Charlie d’irresponsabilité, fait des musulmans au choix des êtres susceptibles et incapables de rationalité, ou des alliés naturels du terrorisme dont les actes ne couronneraient qu’une exacerbation alimentée par les dessins. Les dessins de Charlie se moquent. Ils rient de tout et de tous : politique, religion, institution, société, arts… L’islam n’est pas plus représenté qu’une autre religion mais à la faveur de manipulation d’intégristes, les dessinateurs sont taxés d’islamophobie. Peu importe si la caricature de Mahomet par Cabu dénonce l’extrémisme, dès qu’il y a évocation, il y a provocation selon eux. Vous remarquerez que les accusateurs ne se penchent jamais sur le contenu réel du dessin mais sur un principe : pas touche au sacré. Heureusement nous sommes un pays laïc, celui qui estime que le droit de rire est supérieur au blasphème. Et par ce que les dessins de Charlie, contrairement à ses opposants, n’ont jamais appelé à la haine, à l’affrontement et au meurtre. Car entre les dessins de ces grands enfants et les appels aux meurtres d’intégristes, certains penseurs estiment que le danger se loge dans un crayon et un papier.

 

Le début est douloureux et pourtant il démarre dans les rires et les taquineries. Ceux des rédacteurs assassinés le 7 janvier et leurs collègues. Charlie Hebdo c’est d’abord une bande de potes qui cherche à rire de tout et à mieux supporter l’absurdité et la dureté de notre monde. Le récit est digne et sobre. Il s’appuie sur les témoignages des rescapés – Sigolène Vinson, Zineb El Rhazoui et Riss – et les proches des victimes : Maryse Wolinski, femme de Georges Wolinski, la fille d’Honoré, la femme et le fils de Mustapha Ourrad, Chloé Verlhac, femme de Tignous et les parents de Charb. Le propos est limpide et rend un touchant hommage aux tombés de Charlie. Il relate le combat des disparus, leurs engagements et la conviction intacte des vivants.
 

Le combat de Charlie pour la caricature s’inscrit dans une longue et riche tradition française. La discussion s’enrichit des interventions d’historiens, dessinateurs de Charlie, avocats et images d’archives de la rédaction. On se rend vite compte que ceux qui accusent Charlie de racisme ne le font jamais à partir d’exemple concret. Ils partent du principe que si des croyants sont heurtés et un réel danger existe à caricaturer tel sujet alors la démarche de Charlie est condamnable. Qu’importe si le propos n’est pas insultant et si on estime qu’une même caricature est acceptable sur un sujet et pas sur un autre. A voir pour se convaincre que si l’on veut éviter de trahir l’héritage des Lumières il faut chérir ce privilège, à priori futile, peut-être symbolique et finalement indispensable.

Tignous


8 réflexions sur “Se souvenir

  1. J’ai évidemment une pensée pour Charlie, mais également les policiers victimes de ces attentats et même aux victimes du 13 novembre. J’espère que les politiques vont maintenant agir (il serait temps) pour que Charlie et les autres défenseurs de la liberté d’expression puissent encore exister.

    J'aime

    1. Loin de moi l’idée de hiérarchiser les victimes, il me paraissait important de relayer ces deux films pour rappeler que les torts ne sont pas partagés entre les dessinateurs et les terroristes. Heureusement notre législation est la plus permissive en la matière mais le plus grand problème réside dans les apparentes failles de sécurité et la peur des titres en général. Comme il a été dit, s’ils étaient plus nombreux à publier ces dessins Charlie n’aurait pas été une cible aussi visible et facile…

      J'aime

      1. Et si y’avait que ça ! Luz avait signé un papier dans un Charlie pour s’offusquer contre les médias qui rapportaient les plaintes de ceux qui s’offusquent pour un dessin sans tenter d’expliquer le sens de ce dernier. Après tout analyser un dessin pour rétablir la vérité sur son intention est aussi la mission des journalistes chargés de clarifier les choses.

        J'aime

  2. La tristesse est toujours aussi grande… C’est étrange mais, comme je revoyais les documentaires la semaine dernière sur tout ce qui s’est passé, je me suis rendue compte que je les connais tous désormais. A force de les lire ou de voir leurs dessins, je connais leur nom. Mais là, ce sont aussi leur visage. Et puis, il y a une espèce de familiarité, comme s’ils faisaient partie de notre quotidien, de notre famille maintenant. Ou nous de la leur. Eux qui sont pour la plupart de grands timides, ça doit leur faire tellement bizarre.

    J'aime

    1. Exact, ils sont devenus des figures si familières et si proches à la faveur du drame, inscrits dans notre mémoire sous le coup d’une forte émotion. Je trouve, comme tu dis, qu’ils sont malgré tout restés assez discrets, laissant leurs oeuvres parler en leur nom, fidèles à leur engagement. D’ailleurs les disparus et les vivants étant les plus grandes figures du dessin de presse moderne il se pourrait que cette proximité nous la partagions depuis si longtemps que nous ne nous en rendions plus compte. Si tu as lu le Petit Quotidien dans ta tendre enfance alors tu as forcément vu les dessins de Charb « Rognon et Quotillon ».

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s