American Horror Story – Saison 1 – Murder House

American horror story - Saison 1

Dans cette série horrifique et fantastique chaque saison est indépendante. La première illustre les tourments de la famille Harmon au bord de la rupture. Installée dans une maison aux souvenirs douloureux, les parents et leur ado se retrouvent aux prises avec un passé quelque peu intrusif et parfois vengeur.

American Horror Story est une série à références. Elle puise dans les nombreux registres du genre pour une imbrication brouillonne. Si les 2 premiers épisodes augurent d’une certaine maîtrise du suspens horrifique, la série l’abandonne rapidement pour une ambiance véritablement glauque à la violence assumée.

Evan Peters, Jessica Lange, Frances Conroy
Evan Peters, Jessica Lange, Frances Conroy

Les intrigues se multiplient rapidement et leurs révélations sont un véritable régal. Lorsque la nature du mal se dévoile la série prend une tout autre ampleur pour notre plus grand plaisir ! Le problème réside dans la maîtrise même des intrigues. Au fur et à mesure se dessine un certain amateurisme. Les scénaristes (trop ambitieux ?) multiplient les histoires et les personnages quitte à virer au brouhaha narratif. Certaines histoires au grand potentiel ne durent que deux épisodes quand d’autres plus anecdotiques s’étirent, s’étiiiiirent… Et lorsqu’elle mettent en jeu une vision du sexe et de la violence particulièrement crue cela devient vite lassant dans le genre : « regardez comme on est subversif, on a peur de rien !!! ». Quelques incohérences sont d’ailleurs à signaler, tant au niveau de l’histoire que de la psychologie des personnages.

American horror story - l'énigme Rubber man
L’énigme Rubber Man

La construction des personnages est assez convaincantes. Au bord du gouffre, dans le déni et particulièrement tourmenté ils sont à la merci des lieux. Le casting est la meilleure réussite. Jessica Lange, parfaite en garce, parfois paumée, parfois manipulatrice. La famille (Connie Britton, Dylan McDermott, Taissa Farmiga) illustre parfaitement la difficile frontière entre être victime et bourreau. Le mal absolu repose sur les épaules du jeune Evan Peters, qui s’y colle à merveille, dans sa dérive, totalement dominé par ses pulsions.

La saison 1 pourrait être une agréable surprise. Univers violent et surréaliste à la réalisation un peu trop saccadée. Malheureusement à vouloir être trop gourmands les scénaristes se perdent, laissant le mauvais sentiment de voir une évolution et une fin improvisée. En réalité j’aurai dû écrire cet article plus tôt et non après avoir vu la saison 2, un chef-d’oeuvre !


Créée et produite par Ryan Murphy, Brad Falchuk, écrit par Ryan Murphy, Brad Falchuk, Jennifer Salt, James Wong, Tim Minear, Jessica Sharzer, Bradley Buecker.  Diffusée sur Ciné + Frisson et Série Club.

 !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src= »//platform.twitter.com/widgets.js »;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, »script », »twitter-wjs »); Rendez-vous sur Hellocoton !


12 réflexions sur “American Horror Story – Saison 1 – Murder House

  1. Je suis assez d'accord avec ton analyse, et surtout avec la surenchère de violence qui devient un peu prédictible de la saison 1. En revanche, j'ai détesté la deuxième saison, au bout d'un moment, la seule chose qui nous divertissait dans les épisodes, c'était de prévoir ce qui allait se passer. Et malheureusement, nos pronostics ont rarement été faux… Du coup, j'ai arrêté à la fin de la première saison et je ne suis pas sûre de reprendre un jour.

    J'aime

  2. D'ailleurs t'en avais pas marre de la femme de ménage nymphomane, autant la version âgée était intrigante mais là c'était d'un lassant…
    Je trouve que la saison 2 amène un vrai scénario et des personnages solides, c'est le ton général qui te dérange ? Et Zachary Quinto au sommet de sa classe t'as laissé de marbre ?

    J'aime

  3. Et bien moi, je n'ai apprécié que la première saison 🙂 (si on enlève la fin à la « happy end familiale »… si je puis dire !). J'ai détesté la 2e : trop d'éléments surnaturels différents. Au point qu'on n'a même pas terminé la 3e… Pour moi, l'élément le plus réussi de la série, c'est son générique qui est malsain à crever… Et bien entendu la prestation de Jessica Lange ! Pourtant, au départ, je trouvais le concept vraiment novateur… dommage…

    J'aime

  4. @tinalakiller j'allais te conseiller de passer directement à la saison 2 mais les témoignages sont contre moi 😖
    Il faut accepter l'idée que tout ne s'explique pas, comme le dis fedora divers domaines du fantastique s'imbrique dans un univers avec ses propres règles.

    @fedora la fin est un peu décevante, même si le dernier stratagème est intéressant et amusant.
    Curieux quand même, la saison 2 me parait pourtant mieux construite, si on passe outre l'empilement de surnaturel comme tu dis.
    Je crois que ce générique et sa b.o nous hanterons à jamais, surtout avec les bébés… brrr…
    Jessica lange tellement bluffante j'aimerai la voir dans un nouveau registre, et cromwell ! et Quinto !

    J'aime

  5. Effectivement !
    Chaque saisons est tellement différente, même la réal. change ! Toute façon on est dans la catégorie série qui se dévore. Et n'hésite pas à revenir donner ton avis. Comme t'as pu le lire au delà de la fiction c'est surtout le traitement même du surnaturel, des différents genres qui le constitue qui saura ou non te convaincre. Et puis Zachary Quinto quoi …

    J'aime

  6. En fait, j'ai trouvé que la deuxième saison était trop prévisible: c'est comme la première, en pire. Il suffit de se demander: et maintenant, quelle scène typique mille fois refaites dans les films d'horreur est susceptible d'arriver. Et ça ratait jamais, j'avais toujours juste, il suffisait d'imaginer le pire poncif possible. Ils ont même osé nous faire le coup du « Mais tout cela n'était qu'un rêve » qui m'horripile au plus haut point. Du coup, on s'est ennuyés à mourir. Et Zachary Quinto, je le trouvais moins caricatural dans Heroes… Après c'est vrai, que je suis très très difficile dès que ça touche à l'horreur, parce que je trouve que c'est un genre où il n'est pas toujours facile d'innover… Mais je pense que là, ils ont un peu essayé de faire un fourre-tout, une sorte de best-of du film d'horreur, et pour moi, ça n'a pas du tout fonctionné. Je trouve que l'intrigue, plus resserrée de la première saison était plus juste. Et je pense que la présence d'un seul élément horrifique, vraiment effrayant, serait largement plus fort que le cocktail possession + serial killer + massacre de Noel + Folie + savant fou nazi + pseudo-extra-terrestres + nonne perverse + viols en série.

    J'aime

  7. Très bon commentaire, je pense que tu as parfaitement résumé le problème. Je n'ai pas cette culture concernant l'horreur, à part les zombies le reste m'est relativement étranger, je me suis d'ailleurs demandée quel serait ma réaction si l'univers était familier.
    C'était très risqué en effet. Du coup on a parfois tendance à sortir un peu de la trame principale à chaque nouveau « problème » pour en prendre les contours. Après ça m'a pas plus dérangé quand chaque élément s'est retrouvé imbriqué dans la trame principal (hormis peut-être les extraterrestres). Après une saison plus condensée serait plus appréciable et compenserait l'abandon de l'horreur pure.
    Les saisons suivantes semblent aller vers le sujet unique : sorcellerie pour la 3 et le freak show pour la 4.

    J'aime

  8. La saison une reste pour moi, six ans après le début de la série, la meilleure de toutes. Je trouve que c’est à la fois la plus dense et la mieux « dirigée » : les intrigues et les personnages ne s’éparpillent pas tant que ça, je trouve… Surtout en comparaison de la deuxième et de la quatrième qui, pour le coup, s’égarent dans des profondeurs abyssales de brouillaminis scénaristiques jamais vraiment finis mais bon ça nous a permis de foutre des trucs dégueus à l’écran (j’écris des trucs trop intelligents des fois)(j’ai dit « des fois »).
    Par contre, le coup de la bonne nymphomane, j’ai davantage l’impression que c’est le résultat de la projection qu’en fait Jessica Lange, genre c’est « l’incarnation de la tentatrice, la fââme fatale qui a ruiné ma vie »… Le fait que la vieille félicite le père de famille d’avoir réussi à aller au-delà de son apparence de bombe sexuelle, quand il refuse de coucher avec elle, va dans ce sens, pour moi. Mais bon, après, j’extrapole peut-être parce que je suis absolument pas objective sur cette saison… Je l’aime d’amour 😀
    Et puis Constance, quoi. CONSTANCE, MERDE.

    J'aime

    1. Elle a très bien démarré je te l’accorde. La confusion mort/fantôme est bien foutue après j’ai eu l’impression de les voir peu à peu abandonner l’horreur et ce qui faisait la puissance de l’histoire, elle reste quand même une bonne saison. C’est curieux comme nos avis divergent en tout point sur cette série. Au fond je suis tes arguments et pour le coup j’ai sûrement une affinité pour l’atmosphère, si on y retrouve ce que j’appelle une ‘cohérence interne’ ça me va même si d’un point de vue réaliste ça détonne.
      Effectivement ta théorie me semble juste !
      Ahah on est définitivement irréconciliables, j’ai fini par la détester 😀

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s