Dis-moi Nicolas Bedos, celui qui voulait provoquer un débat

Nicolas Bedos - Journal d'un mythomane

Nicolas Bedos est donc un humoriste, metteur en scène, acteur, écrivain et chroniqueur. Alessandra Sublet est animatrice spécialiste du divertissement . Je ne sais pas quoi écrire de plus pour énoncer l’absurdité de cette situation. Car oui le CSA s’est saisi de l’affaire.
Dans la nuit du mercredi au jeudi Nicolas Bedos, avec la complicité de l’animatrice, a monté une fausse interview où il faisait la promotion d’un livre supposé raconter sa relation avec Valérie Trierweiler. La même, si vraiment vous êtes passé à côté, a relaté son histoire d’amour avec le président François Hollande. Un livre qui a déclenché un tollé majeur et un déferlement de critiques envers son auteur. Les débats étaient plus ou moins légitimes. Ce livre nous interroge et nous renvoie à une époque où un magazine people peut s’immiscer dans le privé du politique avec l’aval de lecteurs toujours plus nombreux.
Sublet et Bedos ont bien sûr dévoilé en fin d’interview la supercherie (on ne sait jamais, un humoriste qui fait son métier c’est louche). Pourtant le CSA, les responsables de France Télévision et autres chroniqueurs s’interrogent sur la présence d’un canular sur le service public.
Deux raisons peuvent être avancées sur cette absurde questionnement. Les gags aussi développés, longs et sur une grande chaîne sont rares. Les programmes comiques les plus en vogue ont vocation à être directement compris, tout est devenu très lisible. Le spectateur est au choix un imbécile ou on le prend pour un imbécile peu habitué aux situations complexes.
Deuxième point : les réseaux sociaux. Premier espace de discussion concernant les programmes tv, les réseaux sociaux sont aussi l’espace d’expression privilégié des militants, des trolls et des extrémistes. Je ne dis pas que ces trois catégories soient liées, elles y sont juste très actives. Bref, un homme politiquement marqué à gauche, une orientation connue du grand public, fait un canular dont la nature ne sera dévoilée qu’en toute fin. Problème dans notre société actuelle, où la tension sur les réseaux sociaux est palpable, tout est politisé à outrance et instrumentalisé à des fins diverses. Prendre l’agitation des réseaux sociaux comme révélateur de l’avis des français est trompeur, certaines réactions ne sont qu’un corollaire d’un militantisme, tantôt de droite ou de gauche, exacerbé par un thème particulièrement provocateur.
Sublet et Bedos n’ont pas la prétention de bouleverser le débat sur l’intérêt d’un livre comme celui de Trierweiler, leur motivation était plus simplement de dénoncer la peopolisation à outrance du monde politique. Le malaise et les réactions plus ou moins passionnés qu’a provoqué ce gag prouvent qu’ils ont touché dans le mille. Mais au lieu de poursuivre le débat, discuter du bouleversement que subit la notion de vie privée et l’éventuel impact sur les français, spectateurs et citoyens, le débat est encore une fois détourné. Le fait que des spectateurs aient pris tout cela au sérieux a poussé les dirigeants de France Télévision a rappeler que France 2 avait suffisamment de plage information pour se permettre un programme décalé . Dommage car la révélation de l’intimité des politiques est une chose qui révolte les français si l’on en croit les commentaires, pourtant elle est celle qui assure des ventes records. Et encore une fois les interrogations, les questions n’étaient pas les bonnes, à qui la faute ?

Notre époque est celle des débats grossiers, des face à face de grandes gueules où ni la nuance, ni les détails n’ont leur place. Pour moi cette exagération est le résultat d’un climat très tendu, fatiguant ou tout n’est qu’extrapolation, rumeur et récupération. Nicolas Bedos avait finalement raison.

Bienvenue dans l’ère du buzz.

!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src= »//platform.twitter.com/widgets.js »;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, »script », »twitter-wjs »); Rendez-vous sur Hellocoton !


2 réflexions sur “Dis-moi Nicolas Bedos, celui qui voulait provoquer un débat

  1. Je suis tout à fait d'accord. Je n'ai regardé que la fin de l'émission, du coup j'avais raté cette séquence mais sur les réseaux sociaux tout le monde en parlait. Personnellement, je rigolais doucement. Quelle idée, Nicolas Bedos et Valérie Trierweiler ! Pourtant des gens y ont cru et se sont vraiment offensés que l'on se soit si bien joué d'eux. Je trouve que ça a fait beaucoup de bruit pour rien. Ce n'était qu'un sketch, que certains n'apprécient pas c'est leur droit mais de là à avoir de telles réactions, s'en est ahurissant.

    J'aime

  2. J'aime beaucoup quand tu écris « se sont vraiment offensés que l'on se soit si bien joué d'eux ». Cette idée de fierté mal placée est vraiment flagrante. Quand il ne perçoivent pas la nature même des choses les spectateurs le prennent personnellement.
    Je me demande jusqu'où ils pourront aller ….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s