Dis-moi Zombies

Le dimanche 13 octobre signait le retour sur la chaîne américaine Amc de la série The Walking Dead pour une quatrième saison.
Lors de la première saison les téléspectateurs découvraient un monde étouffant, angoissant et à l’atmosphère d’une incroyable lourdeur, la série évoluant peu à peu vers l’observation du groupe avec ses confrontations et solidarités. Après trois saisons il me faut vous faire part d’une frustration. Le sujet si riche soit-il se retrouve trop souvent réduit au rang de défouloir à la psychologie inexistante. 
Le zombie a véritablement envahit le monde du divertissement depuis une vingtaine d’années. La figure est ancienne mais la mode en fait le successeur des vampires et autres loups-garous. Le sujet se décline en livres, jeux vidéos, séries ou films. L’occasion de plonger dans le gore ou le kitsch.
Le thème se révèle le support de la critique sociétale pour les maîtres de l’horreur. Sans aller jusque là les productions actuelles auraient mérité plus de profondeur.
La survie pure a trop longtemps été ignorée. Comment les survivants vont-ils s’organiser pour produire leur propre nourriture ou dans un confort rudimentaire après une vie d’abondance ?
Sans oublier les rapports humains un peu trop manichéens. 
  
La quatrième saison débute de façon prometteuse.  La sécurité qu’offre la prison s’effrite peu à peu. Des morts mystérieuses, un possible traitre et une épidémie malmènent les survivants. Quelques scènes encore prévisibles côtoient un gore digne d’une série Z mais les deux premiers épisodes renouent avec le suspens des débuts.
                                           Bande-annonce de l’épisode 3
                                         
                                              
 En attendant le troisième épisode voici une recommandation pour public averti !
Sans être un incontournable du genre la courte série Dead Set imagine une horde de morts-vivants aux abords du loft anglais. Satire de la télé-réalité, les zombies par leurs regards vides fixent intensément les caméras de la régie en quête de chaire fraîche. Cette attirance rappelle l’attachement du téléspectateur envers son candidat préféré, cette attirance sans raison envers ce qui est montré ou filmé, la foule impatiente de voir le dernier éliminé devient cette foule affamée.

!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src= »//platform.twitter.com/widgets.js »;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, »script », »twitter-wjs »); Rendez-vous sur Hellocoton !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s